Soulagement lors d'allergies

Le docteur William G. Peterson, allergologue dans la clinique en Oklahoma, a soigné plus de 22 000 malades de tous les Etats d’Amérique à l’aide de pollen. Il est persuadé que le pollen diminue les symptômes d’allergie et qu’une dose minimale de pollen suffit déjà à augmenter le système immunitaire face à la pollution. En prévention du rhume des foins, le Dr Peterson conseille de débuter une cure de pollen un mois avant l’apparition des symptômes.

Si les symptômes apparaissent, il conseille d’augmenter un peu la dose de pollen journalière. Chez certains de ses patients, les symptômes se sont à tel point améliorés, qu’aucun traitement supplémentaire ne s’est avéré nécessaire

Aide au système immunitaire

Le docteur Morton Walker a décrit dans son œuvre « Sexual Nutrition », les bienfaits du pollen lors d’une déficience corporelle chez l’être humain tout comme chez l’animal :Il augmente l’énergie lors de la convalescenceIl élimine les problèmes de digestion tels que la constipation ou la diarrhéeIl permet d’être physiquement calme, décontracté sans effets secondaires4. Il augmente de façon considérable les hémoglobines du sang en particulier chez les personnes anémiques.
5. Il élimine les déchets et autres poisons qui ont pu être assemblés dans notre corps suite à la prise de médicaments, au stress, aux mauvaises habitudes dans l’hygiène alimentaire, et à la pollution.
6. il contribue à une action purifiante du corps suite à une artériosclérose.

Respirer plus facilement en cas d’asthme:

L’asthme est soigné (mais non guérie) de façon traditionnelle avec des médicaments ; la prise de pollen peut également apporter son aide pour cette maladie. Le Dr Ulrich Wahn de la clinique universitaire de Heidelberg a examiné 70 enfants qui avaient un rhume des foins et un asthme d’origine allergique. Ces enfants ont pris en hiver et pendant la période du rhume des foins, une dose de pollen et de miel et ceci trois fois par semaine. Le résultat a démontré que « les symptômes ont diminué chez la plupart des enfants ce qui prouve que les ingrédients du pollen ont bien été assimilés par le corps mais de façon encore ignorée à ce jour. »

Comment le pollen agit-il sur

le systéme immunitaire

De façon théorique le pollen ne passe pas par les voies digestives mais est immédiatement absorbé par le sang. Les grains de pollen se trouvent dans une petite enveloppe qui les protège et conserve leur pouvoir curatif pendant des semaines, voire des mois. La prise de pollen d’abeilles journalière augmente la concentration des substances de pollen dans le sang et renforce notre système immunitaire même contre les réactions allergiques du pollen de l’air respiré. La prise de pollen par voie orale a la même réaction que le pollen de synthèse injecté par un médecin. La différence est que vous apportez à votre corps du pollen naturel, que vous renforcez votre système immunitaire de façon naturelle, alors que tous les produits chimiques entraînent des risques et effets secondaires. D’autre part, il faut renouveler tous les ans les injections de pollen de synthèse.

Le pollen de fleurs naturel que vous prendrez en complément alimentaire, renforce les muqueuses nasales et les voies respiratoires ainsi que les forces immunitaires nécessaires au pollen respiré dans l’air.

Le pollen de fleurs pour lutter contre les allergies

Le pollen classique sous forme de poussière qui pénètre dans les voies respiratoires occasionne souvent des allergies, de l’asthme ou le rhume des foins. Cependant, on a découvert que le pollen renforçait les défenses immunitaires sachant que la réaction du corps humain est différente qu’il s’agisse de pollen sous forme de poussière ou de pollen d’abeilles. Les allergies sont déclanchées par le pollen « volant » et non par le pollen bitumé par les abeilles. Afin d’augmenter les forces immunitaires naturelles, le corps a besoin de pollen récolté par les abeilles qui est un pollen plus collant et plus lourd, les grains de pollen ne peuvent pas être véhiculés par l’air. Les abeilles en forment de petites pelotes qui sont fabriquées à l’aide de nectar et de sécrétions digestives neutralisant tous les « principes d’allergie » et qui font du pollen un élément essentiel contre le rhume des foins et autres maladies allergiques du système respiratoire. La prise de pollen de fleurs désensibilise les réactions allergiques dues au pollen de l’air : peu à peu le corps humain se créé son écran de protection.
Les frissons, les démangeaisons, un nez qui coule, des yeux qui pleurent sont des réactions typiques allergiques constatées par les médecins. Il est découle un test contre les allergies.

Si l’on connaît l’élément déclencheur, on injecte des quantités minimes de cette substance. Souvent, ces injections sont administrées pendant toute une vie et ne sont pas toujours sans contre-indications. Le Dr Félix Murat écrit dans son œuvre « le pollen, nourriture miraculeuse » :
« en France les allergologues injectent suite à une méthode de désensibilisation contre les allergies en provenance des Etats-Unis, une infime quantité d’extrait de pollen. Des résultats de cette méthode ont été publiés par un médecin de l’Hôpital de Broussay. Le traitement est considéré à ce jour comme un des meilleurs contre les allergies, et en particulier dans les cas difficiles où la prise d’antihistaminiques a été un échec, comme par exemple dans le cas d’asthme allergique où la prise de pollen s’est avérée être un succès.
Au départ le traitement démarre par 2 injections de pollen par semaine et sera réduit à une injection hebdomadaire. Le traitement dure de mi-février à mi-juillet.

Le seul inconvénient est celui de réactions importantes chez certains patients ; c’est pourquoi le traitement doit être suivi par un médecin ; le patient devant resté sous surveillance même une heure après l’injection. Malheureusement certains patients deviennent impatients et souhaiteraient que leur problème disparaisse durant la nuit. Ils oublient que les nombreux symptômes allergiques se sont développés sur une période de plusieurs années et que leur guérison aura besoin de temps. »